Levée de fonds : explications techniques

La technique financière effraie de nombreux entrepreneurs. Il y a pourtant quelques notions fondamentales de la levée de fonds qui sont accessibles et que j’aimerais vous présenter. Je vais ici aborder des notions de base (capital social, émission d’actions, fonds propres, etc.) et des notions plus spécifiques (prime d’émission, valorisation pré-money et post-money). Je terminerai par un exercice qui vous amènera à construire une table de capitalisation dans le cadre d’une levée de fonds.

Notions de base de la levée de fonds : capital social et fonds propres

Comprenons bien d’abord que lorsque vous créez une entreprise, l’ensemble des associés mettent de l’argent en contrepartie d’une part de l’entreprise, une fraction du capital. Ainsi, si 4 associés créent une entreprise avec 5 000 euros chacun, une nouvelle entreprise au capital de 20 000 euros est créée, chacun en détenant 25%.
En échange de cet investissement chaque associé reçoit des actions. Le prix d’une action est libre et constitue ce qu’on appelle son nominal. Ici par exemple nos associés ont décidé de fixer un nominal d’1 euro, c’est à dire qu’ils ont chacun reçu 5 000 actions en échange de leurs 5000 euros.

Chacun des associés est libre, sauf s’ils en décident le contraire, de céder ses actions au prix qu’il le souhaite. Le nominal n’est donc pas un prix de marché, c’est une valeur purement comptable.
Vous voyez souvent la mention SAS au capital de X euros, il s’agit bien ici du capital social. Autrement dit de la valeur nominale des actions (dans notre exemple 20 000 euros). Mais souvent, les associés mettent plus d’argent que le nominal dans l’entreprise pour la financer. Ces montants se retrouvent dans ce que nous appelons les fonds propres. Ainsi, en simplifiant, les fonds propres se composent :
— du nominal
— de la prime d’émission (qui intervient lors d’une levée de fonds, cf. notions spécifiques ci-dessous)
— des comptes courants d’associés (qui fonctionnent plutôt sous forme de prêt d’un associé à l’entreprise)
— et aussi du cumul des bénéfices ou pertes de l’entreprise

Poursuivre la lecture