1er baromètre Ciel Auto-Entrepreneur

| 2 minutes de lecture |

Ciel a publié en octobre un baromètre sur les auto-entrepreneurs. L’étude complète est disponible au téléchargement, voici les points majeurs qui sont révélés :

-Par rapport aux créateurs d’entreprises commerciales, les auto-entrepreneurs ont un profil assez similaire avec tout de même une plus grande représentation des hommes et des activités de service (logique …). Ils sont plus diplômés (mais les créateurs restent en général peu diplômés) et sont âgés en moyenne de 40 ans (ce qui correspond à l’âge moyen des créateurs).

– Ils sont 62% à se lancer sans étude préalable de viabilité du projet … ce que je trouve dommage, ce n’est pas parce qu’on nous rabâche que le régime de l’auto-entrepreneur limite les risques qu’il ne faut pas mettre le maximum de chances de son côté par quelques contacts prospects et une prévision de ses ambitions !

– 23% n’ont rien investit au démarrage de leur activité et 32% moins de 500 €. 30% ont eu un apport personnel de plus de 2 000 €. Là-dessus, il n’y a pas de règle mathématique définissant les besoins de financement pour tous, difficile de juger ces données, la question étant surtout : les auto-entrepreneurs ont ils bien évalué leur besoin de financement ?

– Ils sont la moitié à travailler à temps plein sur leur activité, ce qui me semble tout de même important pour un régime que je trouve adaptée à une activité secondaire mais pas à une activité principale … mais ils ne sont pourtant que 33% à avoir conservé une autre activité !

Les principales difficultés restent les même que n’importe quel créateur : trouver des clients et établir ses tarifs. Les affaires restent les affaires pour tout le monde. Et tout comme n’importe quel créateur l’outil de communication utilisé est le bouche-à-oreille (89%), ce qui généralement signifie aucun …

– 60% des personnes interrogées n’auraient pas créé leur activité sans ce régime, les motivations principales à franchir le pas ont été la simplicité des démarches et la flexibilité du mode de calcul des charges. Je comprends aisément la seconde motivation, mais j’ai toujours du mal avec la première … parce que je ne conçois pas qu’on puisse se sentir capable de lancer et développer toute une activité mais pas de remplir les quelques formulaires, certes peu réjouissants, qui régissent la création d’entreprise.

Leave a Reply

01eacf385848ce2f263fb15a845e2b2f""""""""""""""""""""""""""""""