Première checklist d’entrepreneur pour lever des fonds

Première checklist d’entrepreneur pour lever des fonds

Créer sa première entreprise est toujours une aventure troublante vers l’inconnue, il y a pourtant une étape qui semble bien connue et arrive souvent en tête de liste des choses à faire des jeunes entrepreneurs plein de motivation : lever des fonds !  Mais êtes-vous prêt pour faire entrer des investisseurs dans la danse ? Votre projet est-il « investissable » ? Je vous livre une première check-list sous forme de 3 questions à se poser pour évaluer l’intérêt d’une levée de fonds :

Quel est le potentiel du marché que vous visez ? Pour avoir un intérêt d’investir de l’argent il faut qu’il y ait une espérance de gains importante, c’est essentiel. La plupart des participations d’un investisseur font perdre de l’argent et il faut être capable d’investir dans une boîte qui ramènera beaucoup de cash en cas de réussite … pour financer les pots cassés. La taille de votre/vos marché(s) conditionne donc l’espérance de gains, il faut donc que votre projet permette de voire grand sans pour autant être irréalisable bien sûr … (comprenez qu’il faut pouvoir le prouver et pas se contenter de multiplier votre CA au gré de vos envies !). Si votre marché est petit, votre projet n’est pas mauvais pour autant, il faudra simplement faire sans investisseurs !

Avez-vous la bonne équipe ? Constituer la bonne équipe pour le bon projet est sans doute le plus délicat mais c’est pourtant ce qui permet d’offrir le plus de garanties à son investissement. De manière générale il faut être capable d’avoir dans son équipe une personne qui maîtrise parfaitement la techno et une personne qui sait très bien la vendre et qui connait les clients potentiels. Si vous n’avez pas ces deux grands domaines de compétences parmi l’équipe dirigeante, votre projet vire au rouge clignotant pour tout investisseur sain d’esprit. Là vraiment c’est dommageable et même sans investisseur il faut que ça soit votre problème n°1 à résoudre, votre priorité du jour ! Et pour l’avoir expérimenté personnellement c’est un problème parfois très difficile à résoudre.

Avez-vous vraiment besoin d’argent ? Last but not least il n’est pas rare d’avoir des projets qui cherchent de l’argent sans en avoir véritablement besoin. Faire entrer des investisseurs dans son capital, en supposant que se soit de bons investisseurs (…), entraîne des changements de paradigme au projet d’entreprise : le projet est plus contractuel, les échéances sont fixées, il faut faire un reporting supplémentaire, il faut construire une relation avec de nouveaux partenaires (important!!!), etc. Cela doit donc être fait pour de bonnes raisons : des investissements trop coûteux, une pénétration de marché éclair (ce sont les deux principaux qui me viennent en tête d’ailleurs). Si les investissements consistent en 2 mois de dev 24h/24h (développeurs je vous aime !) vous pouvez faire sans. Bref, lever des fonds doit être un véritable plus pour vous, c’est la base d’une relation gagnant/gagnant. Ne négligez-donc pas d’autres alternatives !

Si ces 3 checkpoints ne sont pas validés, personnellement, je ne perdrais pas de temps à entamer une levée de fonds … je me débrouillerais sans ou je reverrais ma copie 🙂

Sur le même sujet

Financer son entreprise : le bon sens doit primer. S'il y a bien quelque chose qui rend fou, c'est l'argent (ou le manque de). Quand vous créez votre boite c'est une question qui vient très rapidement ...
Présenter un projet de création d’entreprise en amorçage Il y a des projets d'amorçages qui s'appuient sur une techno et qui se retrouvent confrontés à des difficultés pour être expliqués à tous, notamment à...
Spoonkey : retour d’expérience sur une levée de fonds Lors du dernier AJEL K’fé je me suis rendu compte qu’il y a un voile énigmatique assez épais autour de la levée de fonds. Beaucoup de personnes veulen...
Que faire quand des investisseurs vous disent non ? Cela arrive très souvent puisque l'une des tâches régulière d'un investisseur est malheureusement de dire non à des entrepreneurs. Cela n'est pas plai...